samedi 19 juillet 2014

Justice et religion, le conflit israelo-palestinien

Le conflit israëlo-palestinien reprend une fois de plus sous forme armée, malgré les espoirs de paix des précédentes années. Sur mes réseaux sociaux, on appelle au bon droit ou l'on crie à l'injustice. Pourtant je vois aussi des incitations à la haine et des provocations pures, notamment religieuses. 




Pour aborder ce désaccord dans lequel la religion semble prendre une si grande place, je vous propose un bref rappel de la notion de justice dans les trois grandes religions monothéistes.


Pour débuter par ordre chronologique, la TORAH correspond à l'Ancien Testament dans la Bible et est en majorité reconnue par le Coran. A une époque où la justice est d'abord la loi du plus fort, elle apporte une idée très progressiste. La maxime "Oeil pour oeil, dent pour dent" implique une idée de PROPORTIONNALITE entre la faute commise et la peine. On ne laisse plus place à une vengeance sans borne, et on encadre les conflits. Cette maxime accompagne la mise en place d'un vrai système judiciaire.


Viens ensuite le NOUVEAU TESTAMENT, la parole de Jésus, fils de Dieu pour les chrétiens, ou prophète pour les musulmans, qui apporte une pierre supplémentaire à l'édifice. Sa doctrine est d'abord basée sur la COMPASSION et le pardon. Ainsi il demande de comprendre les motivations du voleur et de lui pardonner ses torts à l'image de Dieu le père qui aime ses enfants, les croyants, et même les autres.
Cela implique que le voleur vole par nécessité, et pas par méchanceté. Aucune vengeance ne doit avoir cours, et au contraire, de la même façon que l'on tend l'autre joue, il commande de faire preuve d'une générosité fraternelle en lui donnant ce dont il a besoin.

Cependant, le voleur devra tout de même REPARER SON MAL. Mais plutôt qu'une peine afflictive, on lui fourni un travail qui rembourse le mal.
A l'image des travaux d'intérêts généraux aujourd'hui, ces peines se veulent plus productives, plus éducatives, et moins coûteuses qu'une peine de prison pour la communauté qui, au contraire, en profite.

Cette vision de la justice se veut plus sociale, mais par les abus, elle a pu favoriser le recours à l'assistance, l'Etat providence, et donc une certaine injustice.


Le CORAN vient donc ensuite et propose une correction. Le prophète considère l'équité comme la forme la plus juste. L'EQUITE n'est pas une répartition égale (oeil pour oeil) mais plutôt une répartition adaptée à la situation. Celui qui prend car il meurt de faim n'est pas traité comme celui qui vole par envie. Cela dit, celui qui a faim aurait mieux fait de demander plutôt.

Ainsi, malgré une certaine tolérance, le prophète refuse l'injustice. "Certes, Dieu enjoint la justice, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Et Il interdit l'indécence, l'injustice et la rébellion." (Coran 16.90) Que le juste soit privé de son bien du fait de l'action d'un autre, même pour une bonne raison, n'est pas acceptable. Il s'agit là de PALLIER AUX ABUS de ceux qui se positionnent comme étant dans le besoin.


Ainsi, la justice dans les trois grandes religions monothéistes est une construction du temps et de l'expérience que l'on retrouve aussi dans les sociétés LAÏQUES. Et c'est tout le problème: elles influencent aussi notre jugement.

Dans le conflit israelo-palestinien, les partisans du sionisme, très majoritairement juifs, considèrent la terre d'Israël comme le pays de lait et de miel, promis à Abraham, offert à ses descendants, la terre natale dont le peuple juif à été tiré lors des multiples diasporas de son histoire. Il lui parait juste de reprendre l'héritage d'Abraham.
Pour les palestiniens, notamment musulmans mais aussi chrétiens ainsi que de nombreuses minorités, ils vivent sur ces terres depuis des siècles, il est injuste d'en être chassés. Pour la majorité musulmane, accueillir les juifs maltraités par les siècles passés serait bienfaisant selon le Coran, mais se laisser chasser va en l'encontre de la justice.

Enfant lançant des pierres sur un char israelien pendant l'intifada de 1987


Voila les causes qui poussent juifs et musulmans de France et d'ailleurs à prendre un parti très tranché sur ce sujet. Je tiens tout de même à rappeler que l'on trouve des MINORITES RELIGIEUSES dans les deux camps.

Mais surtout, qu'il ne s'agit pas d'une guerre de religion mais d'un conflit POLITIQUE. Ce pourquoi l'ONU et l'occident s'en mêlent. En effet, le problème de la CREATION D'UN ETAT, à une époque où chaque terre est occupée, est qu'elle implique nécessairement la destruction, la réduction ou la fusion d'anciens Etats. Le projet, surtout politique, de la création d'un Etat pour le peuple juif, dispersé et torturé, implique de prendre la terre d'un autre Etat existant. Pour des raisons historiques, c'est la Palestine qui a été choisie.
Biensur, au lancement du projet, ce n'était pas présenté sous cet angle, ni même envisagé de manière si radicale par les partisans... D'ailleurs, l'Etat d'Israël ne devait pas être un Etat juif mais bien un Etat laïc où les palestiniens devaient garder leur place.
Le problème qui s'est posé ensuite n'est pas non plus religieux. C'est surtout que le judaïsme est plus qu'une religion, c'est aussi une ETHNIE complète, avec une culture, une histoire et une langue. Il ne lui manquait en fait qu'une nationalité, à l'image de la Pologne divisée durant plus d'un siècle entre les suprématies russes, prussiennes et autrichiennes.

Statue de 1988 par Karl Fredrik Reutersward pour la paix, devant le siège de l'ONU


Une fois de plus il ne faut pas confondre religion et politique. Il est légitime de se faire un avis sur les termes du conflit, les traités, le rachat des terres... Mais n'entrons pas dans le conflit religieux. Ceux qui y poussent veulent EXACERBER LA HAINE.
Je suis fatiguée de lire, d'entendre, que Dieu approuverait plus l'un que l'autre, au nom d'une certaine idée de la justice. Quoiqu'il en soit, Dieu n'approuverait pas que ses enfants se battent. Et pour le coup, les trois religions vénèrent le même Dieu. Il préférerait qu'ils apprennent à s'entendre, quitte à partager cette terre. Selon la Genèse, commune au trois religions, Il a confié la Terre à l'Homme. Elle doit être assez vaste pour lui.

Ce conflit est une guerre d'Hommes, le Dieu des religions monothéistes n'a pas créé la guerre. Ne le mêlez pas à cela. S'il vous faut un prétexte, invoquez plutôt Mars, Skanda ou Odin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dites moi ce que vous en avez pensé !