jeudi 11 juin 2015

Un voyage à Lisbonne - Part. 1 : Le centre ancien



Lumineuse et dynamique, Lisbonne est une cité carte-postale hyper active et une des nouvelles places centrales de l'Art en Europe. Je vous emmène dans ma carte postale de cette ville au charme ancien et à la créativité discrète mais puissante. 



Voyage fascinant, j'ai découpé ce voyage en plusieurs parties (pas toujours très équilibrées je dois l'admettre). Pour commencer, je vous emmène dans le centre historique mais néanmoins actif de la ville.
Calçada do Duque avec bar à Tapas et vue sur le Castelo de São Jorge


- Castelo de São Jorge:


Vue depuis les jardins du Castelo de São Jorge



Cette forteresse surplombe toute la ville. Son jardin d'olivier et ses ruines romantiques offrent un panorama magnifique sur toute la ville.
On y accède notamment par le Tram 28 (départ à la Praça Martim Moniz) qui a la réputation de traverser des petites rues particulièrement charmantes. Un bémol cependant : il est toujours plein à craquer, quand il n'y a pas plusieurs heures d'attente. Âmes courageuses, montez à pieds part les escaliers et redescendez par ces mêmes petites rues pittoresques ! Ce n'est pas pire que d'escalader Montmartre.



Ce quartier est particulièrement mignon. Vers Graça l'Igreja de São Vincente de Fora et sa tonnelle, tandis que l'Alfama vous ouvre les bras vers une armée de petits restaurants très bon marché et plein d'ouvriers du coin.
Glissez vers le centre pour trouver la Sé (la cathédrale médiévale de Lisbonne) et n'hésitez pas à emprunter toute sorte de Calçada. Ces ruelles en escaliers sont de vrais dédales mais aussi de bons racourcis. Elles donnent à l'Alfama des allures de Medina et l'on y entend du fado, ce type de musique exclusivement portugais chantant la saudade.
J'y ai trouvé la préparation de la fête de la cité, et notamment des célébrations à Saint Antoine, une figure particulièrement respectée dans le pays.

- Baixa

Vous arriverez sans vous en apercevoir à Baixa, le quartier reconstruit par le Marquis de Pombal (un grand financier) après le tremblement de terre dévastateur de 1755. Voltaire l'avait pris pour une annonce de la fin du monde, une menace contre l'extension des pouvoirs du Portugal, alors grand pays colonial.



De cette reconstruction, on retient le style pombalien c'est-à-dire des rues très géométriques comme aux Etats-Unis. Sur le Tage, on voit la monumentale Praça do Commercio et sa porte vers la ville qui nous emmène en ligne droite vers les Praça da Figueira et de Rossio (où se trouve une magnifique gare manuéline, du style du roi Manuel 1er le navigateur).

Praça da Figueira




Juste après la porte, ne ratez pas le MUDE, récent musée gratuit du design conçu sur une ancienne banque (et promenez vous dans la salle des coffres conservée à l'identique).



Collection Christian Lacroix dans les anciens coffres au sous-sol du MUDE
Par là, rua do commercio, la petite boutique de Nova Pombalina vous propose de délicieux sandwichs à prix imbattables à grignoter sur le port.



C'est aussi par ici que se trouvent la plupart des magasins classiques (à noter que Zara, Pull&Bear ou Stradivarius sont moins chers qu'en France, ils portent d'ailleurs des étiquettes doubles) mais aussi plus originaux comme Typographia qui propose des t-shirt imprimés avec beaucoup d'humour. Mais aussi dans les rues perpendiculaires des commerces plus typiques, de morue par exemple.



Dans Baixa vous devez prendre le temps d'une pause tapas et goûter la Ginjinha (liqueur de cerise) chez Ginjinha Rubi sur le Largo do Domingo.
Si vous remontez au-delà de Rossio, jusqu'à l'Avenida da Liberdade, perdez vous dans les petites rues et choisissez un restaurant familial. Plus il est bruyant, meilleurs il doit être. Mon conseil: Bonjardim et ses plats de Bacalhau sur la Travessa de Santo Antão.





- Bairro Alto & Chiado

N'hésitez pas à quitter les commerces et monter vers la colline. On y trouve aussi bien des "Coiffeur - Bar" que des "Chocokebab". Attention Hipsters !




C'est le quartier des boutiques de créateurs mais aussi des écoles jésuites. Grimpez sur le ravissant Largo do Carmo pour voir ce couvent à ciel ouvert ( partiellement effondré dans le tremblement de terre). Enfin une Eglise vraiment ouverte sur le ciel ! On y trouve aussi un petit musée d'antiquité (4 salles) contenant notamment des momies d'Amérique Latine. Je préfère vous prévenir, contrairement aux momies égyptiennes, celles-ci ne sont ni allongées, ni bandées, ni masquées.


A l'arrière du monastère, ne passerelle vous mènera dans la tour de l'Elevador de Santa Justa, ascenseur en pleine rue conçu par un disciple de Gustave Eiffel pour admirer la vue sur la ville.


A un angle discret de la place vous trouverez un restaurant chaudement recommandé (le premier service ne voit passer que des touristes, vous serez mieux reçu au second) : Faca & Garfo (couteau et fourchette) qui vous propose de délicieux fromages frais et de copieux plat de viande ou de poisson. Attention, l'accompagnement typique dans ce pays est le combo frites-riz !




De là, vers le sud, le Chiado...


Praça Luis Camões à l'aube


Elevador da Bica



vous trouverez la très active Praça Luis Camões, et en descendant la Rua do Alecrim la Fabrica Santa Anna qui fabrique et peint toujours à la main de la vaisselle et de véritable azulejos. En continuant vous rencontrerez l'Elevador da Bica qui reste le plus ancien et le plus typique electrico (les vieux tram) de la ville, mais aussi le Miradouro de Santa Catarina sur lequel le Noobai Bar offre une des vues les plus active sur le Libonne vivant.

Smoothie mangue-yaourt au Noobai Café

Ou bien vers le nord, dans le Bairro Alto...




Jetez un oeil à la vue depuis la Miradouro de São Pedro de Alcantara, trouvez l'Igreja São Roque et faufilez vous dans les ruelles mal éclairées de l'autre côté de la rue à la tombé de la nuit. Ces rues sombres permettaient de se divertir en cachette sous la dictature encore récente de Salazar.

Certain bar servent les tapas directement au sol, sur les marches des calçadas












Aujourd'hui, elles sont le centre des nuits lisboètes. Bar, restaurant, choisissez-en un ou deux ou trois comme le font les habitants qui vont de bar en bar. Goûtez le vinho verde, les tapas au chouriço et laissez passer la nuit.










Au matin, rendez-vous pour un brunch sur la Praça do Principe Real, le quartier gay où sévissent les créateurs et designer. Le quartier est plus cher que le reste de la ville qui est, cependant, très bon marché dans son ensemble. Sous la tonnelle, à l'ombre d'arbre fascinant, prenez un vrai petit déjeuner à l'Esplanada. 





Bientôt la suite de mon voyage :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dites moi ce que vous en avez pensé !