dimanche 25 octobre 2015

Young professionals - Travailler à Hong Kong





J'ai mis un certain temps à me décider à vous parler de mon voyage, plutôt que de seulement le faire en filigrane, notamment dans la partie écriture.

J'ai du mal à organiser toutes ces expériences dans ma petite tête. Alors je vous propose un ensemble désorganisé sur la vie professionnelle à Hong Kong, entièrement influencée par mon expérience personnelle.







Ce travail a Hong Kong etait mon premier vrai travail alors je voulais que tout soit parfait. J'ai passe beaucoup de temps avant mon depart a me chercher des tenues "convenables" mais d'été. Et ca a été si dur !
Mais là bas, en dehors du Cusual Friday, il faut être habillé aussi bien pour une réunion client que pour un event/afterwork qui surgissent à tout moment sans prévenir. Ces soirées sont celles où l'on se promène en costume, on boit beaucoup, on déroule tout son CV à des inconnus et on distribue les cartes de visite. Autan dire que si vous n'avez rien à vendre vous n'avez rien à y faire. Et le pire du pire est de ne pas avoir de carte à donner quand on vous en donne une. C'est pris comme une insulte. Les gens sont très contrariés.

La terrasse de l'IFC Mall est toujours couverte de traders à la tombée de la nuit



Ces événements sont presque un sport national. On peut en enchaîner quatre ou cinq entre 16h et minuit, et il n'est pas surprenant que des gens continuent sur cette lancée jusqu'en boite à 3h du matin. Enfin, au bout de quelques semaines, ça cesse de vous surprendre.
La devise des expatriés à Hong Kong, qui travaillent généralement dans les affaires à haut niveau, est "Work hard, play harder". Ils ont un mal fou à s'arrêter de travailler, alors même qu'on sort au moins trois soirs par semaine. Le secret ? C'est la sieste. Entre l'afterwork et la sortie en boite il y a tout juste le temps de diner et faire une sieste. Rien n'est plus efficace que ça.



Les boites et les bars sont parfaitement identiques sur LKF (Lan Kwai Fong est le nom de la rue où l'on sort la nuit. Elle est tout à l'est de Central, le quartier des affaires, et au bout d'Hollywood Road, qui était la rue des antiquaires et aujourd'hui la rue des hypsters). La musique est si forte, la lumière est si basse, impossible de distinguer les deux. On y trouve des gens en costume (l'afterwork s'est prolongé) comme des gens portant des shorts et des baskets. Il n'y a pas de dresscode. Les robes de soirées et chaussures de luxe cotoient les baskets.


 
J'ai compris assez vite en arrivant a Central, le CBD de Hong Kong, que globalement le decollete etait interdit, probablement vulgaire, meme si la plupart les locaux font du A. Par contre en bas, vous pouvez vous ballader en culotte, tout le monde s'en fout. C'est donc le paradis du combo chemise-short.On m'a soufflé que si un expat' homme portait une chemise en boite, c'était nécessairement un touriste.
 Les terrasses donnent sur la rue, et on y croise souvent une connaissance, ce qui pousse à s'arrêter, rencontrer de nouvelles personnes et prendre un verre de plus.
Les lendemain sont plus durs.


Ce que je voyais en arrivant au bureau


Certains se lèvent à l'aube pour courir leur semi-marathon avant d'aller travailler, d'autres arrivent au bureau vers 11h mais restent jusqu'à 21h pour compenser. La vie est souple, et personne ne vous embête avec des horaires compliqués tant que vous faites le travail dans les temps. Si en plus vous proposez des idées innovantes, vous pouvez presque tout vous permettre.
Tant que vous n'écrivez pas de trop long mails. Il faut être direct, ce que les français ne savent pas faire parait-il.



Central Building


Un seul gros défaut : c'est climatiquement une ville compliquée. En été, il y fait habituellement 35° pour 60 à 80% d'humidité. Il y fait un temps radieux jusqu'à ce qu'un typhon approche. On a alors une semaine de chaleur humide, suivie d'une semaine de pluie torrentielle.
Hong Kong est la ville des parapluies (de toutes tailles, couleurs, et protégeant à la fois de l'eau et des UV), mais ils ne sont pas d'une grande utilité dans ces cas là. Mettre des bottes est inutile, et la chaleur ne permet pas de porter un kway. La meilleure chose à faire est encore de mettre un short et des tongs, vous sécherez plus vite.
D'ailleurs, hors tant de pluie, les gens qui vont travailler se déplacent avec leur veste, parfois l'intégralité de leur costume, sur un cintre qu'ils portent à la main. Ils portent plutôt des vêtements de sport (mais si, les fameux t-shirt qui respirent et évitent de trop transpirer) et se changent en arrivant au bureau pour ne pas être en sueur.


Passerelle avec vue
Le métro est d'ailleurs bien fait pour ça. A chaque station, de longs couloirs vous vous permettre de rejoindre de très nombreuses sorties différentes et parfois très éloignées du point d'arrivée du train. De même, certains immeubles de bureau et centres commerciaux proposent des couloirs ou passerelles ouvertes au publique. Tout ce réseau de couloirs permet de se déplacer à l'abris de la pluie, ou de la chaleur.

Cependant, du fait de la chaleur, vous trouverez de la climatisation dans n'importe quel espace relativement fermé. Ca fait du bien sur le moment, mais c'est aussi le meilleur moyen de tomber malade lorsqu'on est trempé de pluie ou juste de sueur. Parce qu'entre l'humidite et la chaleur, vous ne pouvez pas prétendre être encore sec 5 minutes après avoir quitter votre maison. Alors on apprend a se déplacer grâce aux plate-formes climatisées qui enjambent les rues de building en building, on finit par comprendre qu'il vaut mieux mettre 10 minutes de plus a aller au travail si on peut le faire sous clim', et le sport se pratique de nuit biensûr.


J'avais toujours un énorme sac car je baladais des sweats et écharpes (parce que j'avais froid au bureau), j'avais toujours un parapluie et mon énorme appareil photo biensûr. Mais Hong Kong est la ville la plus "safe" du monde. Vous pouvez perdre votre sac à main dans le métro, on vous le ramènera ! Donc soit vous avez un joli petit sac de luxe a montrer, soit vous vous déplacer avec votre portefeuille, votre stock de cartes de visite et vos 2 smartphones juste dans les mains. Car oui, tout le monde en a deux, un pro et un perso, même si de toute façon ils utilisent les deux pour tout. J'ai vous des gens regarder un film dans le métro sur l'un tandis qu'ils jouaient à CandyCrush sur l'autre. C'est assez impressionnant.



Le monde du travail à Hong Kong est excessivement connecté. On vous enverra à mail annonçant une réunion pour le lendemain en milieu de la nuit, et si vos collègues vous trouvent connecté sur Skype, ils n'hésiteront pas à vous demander un compte rendu sur le dossier.
Ces gens sont des bourreau de travail, et ont parfaitement su s'adapter aux différences géographiques. Mon bureau était plus froid que la maison au Canada de mes collègues. Travailler avec l'Europe ou l'Amérique n'est pas un problème puisque ces gens semblent ne jamais dormir. Et le week end ? Je crois qu'ils s'ennuient. Tous font soit beaucoup de sport, soit s'impliquent fortement dans des projets associatifs, ou encore sont champions d'échecs, de puzzles monochromes et de 2041 à la fois (si si ce mec existe).

Les rooftops me donnent un sentiment de puissance

Alors oui, c'est un environnement incroyable et parfois épuisant, mais terriblement stimulant. Tout parait possible.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dites moi ce que vous en avez pensé !